logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

29/07/2014

Twist again chez le dentiste

Après des semaines et des mois d'hésitations, d'atermoiements, de périodes de souffrance et des périodes de répit, j'ai fini par prendre rendez-vous chez le dentiste, prenant enfin conscience que ça ne pouvait pas durer comme ça plus longtemps.

Premier rendez-vous le 11 juillet pour faire un état de la situation, sur la base d'une radio panoramique et me donner le rendez-vous suivant, fixé au 28.

Hier matin, donc, je me suis présenté au cabinet et j'ai patienté dans la salle d'attente en travaillant ma respiration et en me concentrant sur la musique de jazz qui sortait des hauts-parleurs encastrés dans le plafond.

Je n'étais pas très enthousiaste en pensant à ce qui allait m'arriver, j'aurais préféré être ailleurs, mais je n'étais pas angoissé non plus, conscient que j'allais passer un moment désagréable mais que ça irait mieux après.

Puis l'assistante est venue me chercher et m'a conduit jusqu'à la salle d'opération, où le docteur m'a fait m'installer sur le fauteuil de travail.

Il a commencé par me faire trois piqûres d'anesthésiant dans la gencive et le palais puis il a commencé les gros travaux.

En dix minutes, c'était plié, il m'avait arraché ma dent malade.

Avant de partir, la secrétaire m'a donné l'ordonnance pour des bains de bouche et fixé le prochain rendez-vous, pour enlever les points de suture.
J'ai payé, aussi, 133 euros, avec ma carte bleue et ma bouche de travers.

La secrétaire m'a demandé si ça s'était bien passé et j'ai décrit mon état d'esprit, très lucide.
L'intervention n'a pas été douloureuse, grâce à l'anesthésie, mais ce qui est le plus gênant, dans ces cas-là, c'est la position pas très confortable, le fait d'avoir la bouche ouverte, qui fait mal à la mâchoire et surtout le bruit de l'intervention en elle-même, contre lequel il n'y a pas d'anesthésie !
On écoute le bruit, mais comme on ne voit pas (c'est peut-être mieux, d'ailleurs !), on imagine et je pense qu'on exagère la réalité.

Certes, le docteur fait son travail, comme le ferait un garagiste sur une voiture ou un plombier sur un robinet, sauf que là c'est dans ma bouche, et ça change la façon de ressentir les choses !

Puis je suis rentré chez moi, en m'arrêtant à la pharmacie prendre mes bains de bouches et j'ai déjeuné avec de la ratatouille et des pommes de terre bouillies, qui évite de trop mastiquer !

Après le repas j'ai fait le bain de bouche et j'ai craché du sang (beuh... !), reste de la gencive mise à mal quelques heures plus tôt.

Ce matin, j'ai pris mon petit déjeuner, j'ai refait le bain de bouche et la gencive n'a pas saigné.

C'est quand même bête d'en être arrivé là, tout cela ne serait pas arrivé si j'avais pris rendez-vous dès que j'avais senti les premières douleurs, mais c'est trop tard, ce qui est fait est fait.

J'ai été ravi de partager avec vous ces quelques instants peu ragoûtants de ma vie, la prochaine fois je vous raconterai comment je me suis coupé la main avec le sécateur... (non, c'est pas vrai !)

Bisous !
Pierre

20/07/2014

Des nouvelles ?

Je viens rassurer mon fan club et donner un peu de mes nouvelles ;

Après un spectacle de toute beauté dans ma chambre hier soir, je serai en concert dans ma salle de bains demain matin entre 6h45 et 7h30 ; réservez vos places, il n'y en aura pas pour tout le monde !

Pour ceux qui s'y seraient pris trop tard, vous pourrez me rencontrer pour une séance de dédicaces à ma sortie de chez le dentiste lundi prochain, le 28.

A part ça, je fais mes graisses ; elles vont bien, je vous remercie !

C'est cool les vacances, je peux me lever à l'heure que je veux (sur le pont à 6h tous les matins ; si, si !), je peux faire des tas de balades (je vais chercher le pain à pieds tous les matins ; sauf aujourd'hui, il pleuvait) et me coucher à l'heure que je veux (extinction des feux à 22h30 maxi)

L'après-midi, on regarde un film à la télé, avec maman, mais elle s'endort, en ce moment.
Je ne mets que des drames ou des trucs alambiqués, il nous faudrait un bon film qui tient éveillé, comme "Christine", "Pulp fiction", "Triangle", "No country for old men", "Misery", "Les nerfs à vif"...

Le soir on regarde des films plus légers ; avant-hier j'ai revu "Oscar" avec De Funès !
Maman n'avait pas envie, elle a fait la tête et elle a dormi...

Entre temps, je vais surfer sur le web (actualités, forums, sites x, vidéos de voitures, musique, maquettes...) ou alors je lis.

Dernièrement, j'ai lu "Canada" de Richard Ford, qu'on m'avait offert à Noël dernier.
J'ai bien aimé mais par moment c'était trop narratif et ça manquait d'action.

Ensuite, j'ai lu "La vérité sur l'affaire Harry Quebert" de Joël Dicker. Je l'ai fini en cinq jours mais j'ai trouvé qu'au final c'était trop alambiqué. On cherchait à savoir qui avait tué la petite Nola, mais le suspense aurait dû se jouer entre deux ou trois personnes ; là ça part dans tous les sens et on n'y comprend plus grand chose.
A un moment donné, j'ai retrouvé "un-petit-je-ne-sais-quoi" de Stephen King...

J'ai lu du Stephen King, aussi, mais son "Nuit noire, étoiles mortes" m'a déçu ; j'ai trouvé que ses nouvelles finissaient en eau de boudin.
A chaque fois, je disais "tout ça pour ça ?"

Hier j'ai terminé "Mon American dream" par Christian Audigier, qu'on m'avait offert à Noël 2009 ; que le temps passe vite !
Le parcours du bonhomme est assez impressionnant, avec des ascensions fulgurantes et des chutes vertigineuses ; oui mais au moins lui il tente des choses, comme dirait l'autre !
On sent quand même par moment un manque de maturité (aïe, pas la tête !) comme lorsqu'il se fait pincer dans une affaire de drogue alors qu'il est au sommet de sa gloire ; bon, il était jeune.
Ensuite, il se la pète un peu, quand il raconte comment il organisait des fiestas dans la prison à Bali. Il met en avant son sens de l'organisation et tout, mais c'est surtout ses dollars distribués à qui de droit qui lui ont permis ça ; sans pognon, il pouvait toujours se gratter !

Mais bon, force est de reconnaitre qu'il a su rebondir et repartir dans les affaires ; chapeau, le mec !
Et puis il a eu du bol aussi ; d'un coup, comme ça, sans rien dire à personne, Madonna se met à porter ses casquettes "Ed Hardy" !
Et son anniversaire à Los Angeles en 1988 avec Michael Jackson en invité d'honneur ?
Amazing !

Bon, revenons à moi, quand même, hein, ho, dis donc !

Je cherche du travail, aussi, quand même, mais les annonces sont rares.
J'ai postulé à une dizaine d'offres, depuis février et j'ai reçu deux réponses négatives.
Pour les autres, rien !
Quand on bosse, on ne se rend pas compte de l'effet que ça fait de ne pas avoir de réponse à sa candidature...

Alors je cogite ;
Un magasin de disques ? (40 magasins de disques à Berlin !)
Une librairie ?
Ou les deux ? Un coin livres, un coin disques plus des magazines, des jouets... Hein ? C'est Cultura ?
Et alors, je les emm***, Cultura !

De l'occase ?
Déjà pris, c'est Cash Express et Le troc de l'Ile

Des voitures ?
C'est mort, les voitures et puis il faut du blé, beaucoup de blé

Bon, ben, chais pas moi, des petits élastiques que les gamins assemblent pour faire des bracelets ; Déjà pris ! C'est un couple de Bretons qui a l'exclusivité du produit en Europe !
Mais attention à la dégringolade, quand les Japonais ou les Américains vont inonder le marché avec un autre concept !
Ils ne vont pas se laisser faire comme ça !

En attendant, j'ai repris l'écriture.
C'est l'histoire d'une nana qui veut faire du cinéma en dilettante mais sa copine veut la mettre dans les pattes d'un réalisateur américain.
Elle lui dit que c'est la chance de sa vie mais la fille refuse le scénario parce qu'il faut qu'elle tourne à poil.
A la fin, son frère la contacte pour monter une adaptation de "Blanche Neige et les sept nains" mais c'est une pièce érotique et il faudra qu'elle se déshabille !
On n'échappe pas à son destin !

Allez, portez-vous bien et à bientôt pour de nouvelles aventures !

09/07/2014

Soundwagon

Je viens de découvrir cet objet étonnant :

Soundwagon.jpg

Son nom ?
Soundwagon ; qu'on pourrait traduire sommairement par "camionnette qui fait de la musique".

Son surnom ?
The vinyl killer ; qu'on peut traduire très exactement par "le tueur de vinyles"

Qu'est-ce que c'est ?
Ce petit engin est équipé de roues arrières motrices, alimentées par un petit moteur électrique et comporte dans son ventre un petit haut-parleur.

A quoi ça sert ?
Vous posez le soundwagon sur un disque vinyle, vous le mettez en route et il va rouler sur le disque à la vitesse de trente-trois tours à la minute. La pointe de diamant qui est située sous le combi va "lire" la surface du vinyle, à la manière d'un tourne-disque et le haut-parleur qui est dans le jouet va reproduire le son qui est lu.

Le résultat ?
Dès le départ, vous vous rendrez compte que le son est pourri et qu'il est impossible de reconnaitre l'extrait musical qui est en train d'être diffusé.


A plus ou moins long terme, vous vous rendrez compte que votre disque est foutu, parce qu'une galette en vinyle n'est pas faite pour être labourée par un engin en plastique qui roule dessus mais doit être parcourue délicatement par une pointe de qualité.

Le plus drôle dans l'histoire ?
Le plus drôle c'est quand même la présentation du produit par le fabriquant, qui dit, je cite "c'est un beau cadeau pour les amoureux du vinyle" (mouais) et aussi "posez-le sur votre disque favori et laisse-le faire" (gag)

Conclusion ?
Il est hors de question que cette bestiole ne pose ne serait-ce que le quart d'une roue sur mes vinyles !
"The vinyl killer" ne labourera pas mes disques !
Non mais !

Toutefois...
On peut raisonnablement penser que personne ne va détruire ces disques avec ce jouet, pour la simple et bonne raison qu'il est impossible de reconnaître la musique qu'il diffuse ! Donc à quoi bon le faire tourner pendant des heures ?
Une seule fois suffit et hop ! Poubelle !

 Platine.jpg

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique